Welcome to CUPE Local 3223
We are the members of the Durham Children’s Aid Society.
Together, we stand strong!
Arrow
Arrow
Slider

c19d975a-21ba-445b-a163-dd6419a3834e

(le français suit)

CUPE Ontario has learned that some key players at the OMERS Sponsors Corporation are trying to change the rules of our pension plan to weaken the voices of workers.

Even worse, CUPE Ontario, which represents almost 125,000 active plan members in OMERS, was given only a few weeks’ notice that a vote on these proposed by-law changes is scheduled for November 14th.

While OMERS has yet to provide copies of the actual by-law changes to CUPE Ontario, a summary document that our CUPE OMERS SC Board Representatives got to us indicates these changes represent a fundamental change to the jointly sponsored (ie. jointly governed) nature of the plan and are an assault on the representation rights of plan members and their unions. They include:

  • Removing the right of Sponsors – like CUPE – to directly appoint our Representatives to the OMERS SC Board, which makes decisions about critical pension benefits and contribution rates.
  • Granting a committee of the OMERS SC Board the power to veto our Representatives and even appoint someone to represent CUPE members if they decide our Representatives are “unacceptable”. This would be like giving a committee, that includes our employers, the power to determine who represents CUPE members in collective bargaining.
  • Removing the requirement for equal worker and employer representation on OMER SC Board committees. This means, in the future, the very committee that determines CUPE Representatives could have more (or even all) employer representatives on it. Equal representation is an essential part of a Jointly Sponsored Pension Plan like OMERS.
  • Removing CUPE and other Sponsors’ right to remove our Representatives on the OMERS SC Board if we decide they aren’t representing the best interest of members – meaning our Representatives would not longer need to be accountable to us.
  • Deeming all OMERS SC Board material to be confidential, meaning our Representatives could be prevented from sharing information, like these proposed by-law changes and other decisions that could impact plan benefits and contribution rates, with us in the future.
  • Moving from equal worker/employer Co-Chairs, to a Chair/Vice-Chair model that means the Vice-chair has a lesser role, with no requirement for shared and rotating representation. In other words, both the Chair and Vice-Chair, in the future, could be employer representatives.
  • Changing how OMERS SC Board members are paid so they receive all remuneration directly from OMERS and not through their Sponsor for things like lost time, as is currently the practice for several worker side Representatives.

CUPE Ontario knows these governance changes would make it easier to cut pension benefits like early retirement and guaranteed, pension inflation protection (indexing) in the future. They failed last year in their bid to reduce these benefits but now it appears some are now trying to sneak through fundamental changes to how OMERS works so they can get their way behind closed doors.

We won’t let them get away with it. Everyday OMERS plan members and their unions deserve to be heard—it’s our pension and it’s our right to real representation.


11feccd6-4487-4b41-8e40-a66d0bf085e9

Le SCFP-Ontario a appris que certains des principaux acteurs de la Société de promotion d’OMERS tentent de changer les règles de notre régime de retraite afin d’affaiblir les voix des travailleurs.

Encore pire, le SCFP-Ontario, qui représente près de 125 000 membres actifs d’OMERS, a été informé quelques semaines seulement avant un vote sur ces changements proposés aux règlements, vote qui aura lieu le 14 novembre.

Bien qu’OMERS n’ait pas encore fourni au SCFP-Ontario les changements réels aux règlements, un document sommaire que les représentants du SCFP au conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS nous ont fournis indique que ces changements représentent une modification substantielle à la nature conjointe (c’est-à-dire à la gouvernance conjointe) du régime et sont une violation des droits de représentation des membres du régime et de leurs syndicats. Ces changements incluent :

  • le retrait du droit des promoteurs, comme le SCFP, de nommer directement leurs représentants au conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS, qui prend les décisions au sujet des avantages essentiels offerts par le régime et des taux de cotisation;
  • l’accord à un comité du conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS le pouvoir de veto sur nos représentants et même de nommer une personne pour représenter les membres du SCFP s’il décide que nos représentants « ne sont pas acceptables ». Ce serait comme donner le pouvoir à un comité, qui comprend nos employeurs, de déterminer qui représente les membres du SCFP dans le cadre de la négociation collective;
  • le retrait de l’exigence de représentation égale des travailleurs et des employeurs au sein des comités du conseil de la Société de promotion d’OMERS. Cela signifie qu’à l’avenir, chaque comité qui détermine les représentants du SCFP pourrait avoir plus de représentants des employeurs au sein de ce comité (voire même tous les représentants). Une représentation égale est une partie essentielle d’un régime de retraite conjoint comme OMERS;
  • le retrait du droit du SCFP et d’autres promoteurs d’enlever leurs représentants au sein du conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS s’ils décident qu’ils ne représentent pas les meilleurs intérêts des membres – ce qui signifie que nos représentants ne seraient plus tenus d’être responsables face à nous;
  • le pouvoir de juger tout le matériel du conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS confidentiel, ce qui signifie que l’on pourrait empêcher nos représentants de partager avec nous, à l’avenir, de l’information, comme les présents changements proposés aux règlements et d’autres décisions qui pourraient avoir une incidence sur les avantages du régime et les taux de cotisation;
  • le pouvoir de passer d’un coprésident représentant les travailleurs et d’un coprésident représentant les employeurs à un modèle président / vice-président, ce qui signifie que le vice-président a un rôle moins important, avec aucune obligation de représentation partagée et en alternance. En d’autres mots, le président et le vice-président pourraient, à l’avenir, être des représentants des employeurs;
  • un changement à la façon dont les membres du conseil d’administration de la Société de promotion d’OMERS sont payés afin de recevoir la totalité de la rémunération directement sepb343 d’OMERS et non pas par l’entremise de leur promoteur, pour des choses comme le temps perdu, comme c’est le cas présentement pour plusieurs représentants des travailleurs.

Le SCFP-Ontario sait que ces changements à la gouvernance faciliteraient la diminution des avantages de retraite, comme la retraite anticipée et la protection garantie des pensions contre l’inflation (indexation), à l’avenir. L’an dernier, leur tentative de réduire ces avantages a échoué, mais il semblerait maintenant que certains tentent de faire adopter des changements substantiels au fonctionnement d’OMERS afin d’avoir gain de cause derrière des portes closes.

Nous ne les laisserons pas faire. Chaque jour, les membres d’OMERS et leurs syndicats ont le droit d’être entendus – c’est notre régime de retraite et nous avons droit à une réelle représentation.

STAND UP FOR QUALITY SERVICES!

Participation House Durham workers provide support to youth and adults living with physical and developmental disabilities and we are standing up for quality services and support for people in our community. When Participation House Durhamcan’t find enough employees, they turn to temporary staffing agencies to fill the gaps. No matter how good they are these temporary workers cannot provide the same level and continuity of care as a regular employee. They can not learn medication schedules, individual needs or build the trust that is essential to do our job and they cost more than regular workers.

When Participation House Durham relies on temporary staff

it is the individuals we support who suffer

  So why is Participation House Durham trying to create new, lower paid jobs when they can’t find people to fill the existing jobs? It is unfair to the individuals we support, and it will lead to even lower quality services. Participation House Durham workers, represented by CUPE Local 2936, have come up with a plan that will lead to better results, creates better jobs and will not waste money on expensive staffing agencies. If you believe that people in our community with physical and developmental disabilities deserve quality services and support the visit cupe.on.ca/participationhouse to show your support by sending an email to the Executive Director and the Chair of the Board.

Sign the petition:

https://cupe.on.ca/participationhouse/